PRESS RELEASE – African University Day: November 12, 2015

Member University in Focus: Plasma University
October 22, 2015
Update from WACCI Africa Center of Excellence-2010 Students Return to Submit Phd Theses
October 22, 2015
Show all

PRESS RELEASE – African University Day: November 12, 2015

cropped-cropped-wp-logo_en-e1438870322513.jpgThe Association of African Universities (AAU) is calling on all higher educational institutions in Africa to adopt innovative strategies to improve educational outcomes on the continent, as it joins other stakeholders to commemorate the annual African University Day Celebrations on the 12th November 2015.

With an objective of presenting a unique platform to promote critical dialogue among stakeholders on how to improve higher education in Africa, the Day has been celebrated by higher education institutions since year 2006. It is also set aside to celebrate success stories of higher education across the continent.

This year’s theme, “Internationalisation of Higher Education,” was aptly chosen in furtherance of the discussions at the recent Conference of Rectors, Vice Chancellors and Presidents of African Higher Education Institutions (COREVIP) held in Kigali, Rwanda, in June this year.

“Internationalisation is now an integral part of higher education in all parts of the world and, in many instances, a major driving force for change in universities. African universities should, therefore, adopt new internationalisation strategies” said Professor Etienne Ehile, Secretary General of AAU. “We need to contextualise and prioritise our activities by giving preference to national, regional as well as global activities. In a world that is inevitably globalised, working and collaborating with institutions in all parts of the world, on clear agreed terms, can only be enriching for universities and students in Africa”.

This year’s celebration is aimed at creating the platform for intellectual discussions and debates on the key issues African universities should focus on, as we internationalise to ensure that we, as institutions, and our students derive the full benefits of such collaborations.

In Ghana, where the headquarters of the Association is located, AAU will bring together all universities, including private universities, other tertiary education institutions, non-higher education institutions, and other higher education stakeholders to discuss the theme through a public lecture. The Ghana event will be hosted by the Ashesi University, Berekuso, in the Eastern Region.

Events to Mark African University Day

Events to mark the Day can take the form of seminars, workshops, or panel discussions in which both policy-makers and major stakeholders should actively participate. This could be supplemented by interviews granted to the public and private media, press releases, articles in local newspapers, and exhibitions of publications and other outputs by Universities.

If there is more than one university in a locality, such institutions may wish to arrange a joint celebration on the Day. AAU also suggests that information on the event is circulated to the various departments under the Ministry of Education, University Councils, Committees of Vice-Chancellors and all institutions involved in the management of higher education institutions, as well as other public and private universities which are non-members of this Association, research institutions, the media and the general public, inviting them to join in the celebration to give visibility to the Day and to promote activities of higher education institutions.

Online Social Media Campaign for the 2015 African University Day

The AAU Secretariat has recruited 118 online Volunteer Social Media Reporters to create visibility for the African University Day. Please join the campaign online and use #AUDAY2015 to tweet interesting information about African Universities.

About the AAU

The Association of African Universities (AAU) is the apex organisation and forum for consultation, exchange of information and co-operation among institutions of Higher Education in Africa.

It represents the voice of higher education in Africa on Regional and International bodies and supports networking by institutions of higher education in teaching, research, information exchange and dissemination. The AAU, with its headquarters in Accra, Ghana, was founded in Rabat, Morocco, on November 12, 1967, by members of the Organization of African Unity (now African Union) and has a current membership of over 350 and still counting.

With a strong representation in all five regions of Africa, AAU provides the platform for research, reflection, consultation, debates, co-operation and collaboration on issues pertaining to higher education.

Through its various projects, the AAU has, over the years, made tremendous contributions to Higher Education Institutions in Africa. Current programmes being run include the African Centres of Excellence project, Database of African Theses and Dissertation (DATAD), Graduate Internship programme, ECOWAS Fellowship Programme, Quality Assurance Support Programme and the Leadership/Management Development training programmes.

FACT FILE

Since 2000, the Secretariat of AAU in Accra, Ghana, and the Secretariat of the Committee of Vice Chancellors and Principals (CVCP), now Vice Chancellors, Ghana (VCG), have jointly organised events to commemorate the Day.

From 2006 to date, the following have been the venues and themes for the Day in Ghana:

  • The University of Education, Winneba, hosted in 2006 under the theme: Education for Sustainable Development.
  • In 2007, which was the fortieth anniversary of the AAU, the University of Ghana hosted the Day under the theme: Forty years of Championing African University Leadership: Prospects and Challenges for the Near Future.
  • In 2008, the University of Ghana again hosted the Day under the theme: Sustainable Development in Africa: The Role of Higher Education.
  • In 2009, the theme was African Universities: Linkages with the Productive Sector. The celebration was held as a public event at the Holiday Inn Hotel, Accra
  • In 2010, the theme was: The Contribution of African Universities to the Achievement of the UN Millennium Development Goals (MDGs). It was also held as a public event at the Holiday Inn Hotel, Accra.
  • In 2011, University of Cape-Coast hosted the Day under the theme: Harmonization of Curricula and Qualifications in Higher Education in Africa: Challenges and Prospects.
  • In 2012, Central University College, Miotso, hosted the Day under the theme: Promoting University-Industry Linkages for Graduate Employability
  • In 2013, the University of Professional Studies, Accra (UPSA) hosted the Day under the theme: Changing Higher Education Landscape in Africa: Highlighting Success Stories.
  • In 2014, the All Nations University, Koforidua, hosted the Day under the theme; How can African Universities Enhance Capacity for Job Creation.

Media Contacts:

Ms Nodumo Dhlamini
Director – ICT & Knowledge Management
Association of African Universities
African Universities House
11 Aviation Road Extension
Airport Residential Area
P. O. Box AN 5744, Accra-North, Ghana
Tel: +233-302-774495 / 761588Email: info@aau.org
Mrs. Felicia Kuagbedzi
Communications and Publications Officer
Association of African Universities
African Universities House
11 Aviation Road Extension
Airport Residential Area
P. O. Box AN 5744, Accra-North, Ghana
Tel: +233-302-774495 / 761588
Email: info@aau.org

1 Comment

  1. OUEDRAOGO Issaka #AUDAY2015, @siaka2235 says:

    MAUX DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU BURKINA FASO: CONDITIONS DES ENSEIGNANTS

    Anathème sur les enseignants du supérieur : Attention à la dérive
    Point de vue

    mardi 10 novembre 2015 sur: https://lefaso.net/spip.php?article67912

    La crise du CENOU a son objet que nous n’allons pas expliciter ici. Beaucoup d’organes de presse en font écho. Mais la litanie qui l’accompagne pourrait égarer le monde. Le constat est que l’occasion est parfois trouvée pour « casser de l’enseignant ». On parle d’une crise, la crise au CENOU, mais ce qui intéresse certaines personnes est l’absentéisme des enseignants dans les universités publiques, le non-respect des obligations pédagogiques notamment, les délibérations, les encadrements et les soutenances.

    Dire que ces enseignants n’existent pas c’est tomber dans le ridicule. Mais combien sont-ils pour en faire le plat de résistance des assoiffés de justice ? Les autorités administratives des universités et de tutelle les connaissent, mais le silence a fait la loi dans ce pays devant des causes justes, donnant ainsi le droit à des citoyens de jeter l’anathème sur les enseignants. Le hic est que certains enseignants, pour des intérêts spécifiques, s’inscrivent dans cette perspective mortifère, et avec un plaisir singulier ! Curieux comportement pendant que d’autres corps luttent pour améliorer leurs conditions d’existence !

    Il y a déjà quelques temps, ce vocable était déjà en vogue et avait ses animateurs : enseignant gomboiste. Il ne reste que des artistes musiciens pour le prendre dans leurs cordes pour enchanter tout le monde. Le bouc émissaire est tout trouvé pour ne pas voir la réalité en face : le manque des infrastructures, la responsabilisation des acteurs du système éducatif et, surtout, la dévalorisation de la fonction enseignante. Il faut « casser de l’enseignant » pour le rendre muet, pour qu’il ne dévoile pas ses difficiles conditions de travail et de vie. Quel type d’homme allons-nous former quand l’éducateur est impuissant devant la machine de l’Etat qui le broie et le jette aux enfants de la république ? Quand les enfants de la république, aveuglés par des ainés, manquent tout respect aux éducateurs au nom de leur vérité ? Quand des acteurs politiques et de la société civile, pour des intérêts spécifiques, hypothèquent l’avenir de la jeunesse ?

    Combien d’agents de la fonction publique vont en retard au travail, sont absents, vendent des produits dans les bureaux qui deviennent des lieux de commerce au détriment des usagers ? Mais avons-nous le droit de dire que tous les agents sont irresponsables et répréhensifs ? Avons-nous le droit de les séquestrer ? Combien de responsables des services de l’administration publique courent après les perdiem des ateliers et séminaires « délocalisés » laissant les usagers, insatisfaits, ruminer parfois leur colère ?

    Un peu de raisonnable fera du bien à tout le monde pour ne pas aller à la dérive sous le couvert de la Transition. Le peuple réveillé, ne veut plus être mis à la touche. Magnifique. Mais les actions doivent être mesurées, pensées pour ne pas tomber dans le désordre. Les ouvriers, en grève contre le patronat, ne cassent pas les machines qui sont les instruments de travail qui leur donnent du pain.

    Les acteurs du système éducatif aident à la formation des enfants du pays ; ils méritent un peu de respect. Pourtant ils sont humiliés, et souvent séquestrés (Pour l’Université de Koudougou, deux fois cette année). On voit rarement dans les autres structures de l’Etat des parents, des mères pris en otage avec pour chefs lieu d’accusation le manque de mobiliers, d’immobiliers ou la non-satisfaction des doléances des travailleurs. Pourquoi des étudiants ne le feront-ils pas puisque l’éducateur est présenté comme le principal responsable des maux des universités.

    Quelle est la réalité ?

    Un peu pour dévoiler la marche du titulaire de doctorat de troisième cycle en quête d’emploi à l’université. Il est recruté par le MESS comme professeur des lycées et collèges !!! Mis à la disposition d’une université, il perçoit un salaire de base de 95000 FCFA par mois. En plus des indemnités, il se retrouve avec 125000 FCFA. L’administration universitaire fait examiner sa thèse, conformément à cette vieille pratique que certains approuvent encore parce qu’ils sont passés là, avant leur nomination au poste d’Assistant. Cela peut prendre des mois. Après donc ce deuxième examen de sa thèse, il est nommé Assistant et peut commencer à percevoir son salaire de base qui est de l’ordre de 170.000 FCFA. Il faut maintenant l’habiller avec un peu d’indemnités qui disparaissent à la retraite.

    Vous pouvez imaginer les rudes conditions dans lesquelles se trouvent nos ainés après des années dans des salles de classes souvent mal aérées et mis à rudes épreuves les cordes vocales pour satisfaire des enfants de la république et la République.

    Pour répondre aux besoins pressants de la vie et la demande de l’offre éducative, certains enseignants du supérieur cherchent des vacations dans d’autres institutions ou font la politique du ventre pour construire de beaux jours. Ceux qui choisissent ce dernier moyen, oublient très souvent les problèmes de leurs confrères. Pour rappeler un extrait de ce film : « Vive Magloire premier, pour les autres, débrouillez-vous ».

    Ce qu’on ne dit pas c’est le nombre de ces ouvriers de la république qui sont malades au regard de l’intensité des charges académiques. C’est un bon sujet pour les journalistes en quête d’informations et soucieux d’informer la patrie. Pour l’université de Koudougou, trois de nos collègues ont connu « des crises » et doivent compter sur leurs propres ressources pour se prendre en charge. Ouagadougou a aussi ses cas malheureux, occasionnant ainsi des pertes pour des universités déjà en manque de personnel enseignant.

    Les volumes horaires par enseignant dépassent largement le cadre statutaire et vont gonfler les heures supplémentaires qui se perçoivent après moult tracasseries et jacasseries avec un personnel financier qui comprend difficilement le langage des enseignants que celui des fonds communs du trésor public à partager. Idem pour les frais relatifs aux délibérations et soutenances que les encadreurs attendent des mois avant d’avoir satisfaction. A qui la faute ?

    Les Présidents d’Université et les enseignants deviennent les coupables alors que les budgets servis sont immuables depuis des années et même réduits. La chanson est que le pays est pauvre, mais il faut laisser certains se délecter aux frais du contribuable, d’autres danser aux ondes des artistes qui ont compris que les noms des personnalités font fortune. Et on continue de dire avec ravissement : La culture est révolutionnée ! L’Etat peut se frotter les mains, parce qu’il a contribué à mettre Les enseignants sur la sellette.

    Les enseignants, désespérés, se tournent vers le ministère de tutelle qui œuvre avec d’autres confrères à la recherche de solutions aux problèmes des universités. Et elle est trouvée : un code de déontologie pour mettre les enseignants au pas. Les problèmes seront résolus !! On peut se frotter les mains. Pauvres enseignants face à des enseignants qui ne le comprennent pas ou font semblant de ne pas les comprendre.

    Les problèmes sont pourtant connus et tout le monde universitaire le dit aussi. Maintenant il faut passer à l’action. Nous n’avons pas la prétention d’avoir les solutions mais notre propos est une invite à resserrer les rangs, à agir dans l’intérêt de notre corps et de nos universités, de la république qui attend la formation des citoyens. Il faut construire des infrastructures, valoriser la fonction enseignante, revisiter le système de gouvernance des universités par la prise en compte de la dimension managériale des organisations que les responsables administratifs n’ont pas très souvent (le grade étant le critère de désignation). Et enfin, il faut élaborer des règles de vie qui impliquent tous les acteurs : autorités, enseignants, étudiants, parents et acteurs de la société civile soucieux du bon fonctionnement de nos institutions universitaires.

    Ces trois dernières années, des efforts ont été faits pour le recrutement du personnel enseignant, mais le constat est la rareté des titulaires de doctorat de troisième cycle. Plus besoin d’apprendre à la république la valeur de l’éducation. Une certitude, le parti qui aura les leviers de commande de l’Etat doit avoir avec les différents acteurs sociaux un consensus autour des questions de l’éducation pour assurer son mandat dans la quiétude.

    Dr Vincent Ouattara
    Enseignant a L’Université de Koudougou
    Burkina Faso

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *